language: Deutsch   Français   italiano   Español   Português   日本語   russian   arabic   norwegian   swedish   danish   Nederlands   finland   ireland   English  

Amazon chevalier du numérique défie Hachette

Amazon chevalier du numérique défie Hachette E-commerce : Pendant que la guerre Amazon-Hachette fait rage aux Etats-Unis sur le prix du livre numérique, en France nous sommes protégés par la loi. Quelle chance!

Par Frédéric Charles pour Green SI | Dimanche 10 Août 2014

pandora "Dear Kindle Direct Publishing Author"...

Bijoux Pandora C'est le début de l'email d'Amazon que GreenSI vient de recevoir pour fédérer autour de lui les auteurs et poursuivre sa bataille contre Hachette (aux Etats-Unis - Hachette Book Group - 4ème groupe d'édition).

Pandora Charms Et visiblement, à côté des auteurs à succès, Amazon souhaite aussi associer les auteurs de blogs (qui peuvent déjà générer des articles commercialisables sur la plateforme Kindle d'Amazon) et tous ses lecteurs qui peuvent aussi directement publier sur sa plateforme. C'est le principe de la " longue traine " qui lui a déjà réussi pour la vente de livres. Tous éditeurs!

Pandora Charms Une bataille entamée autour du prix réduit du livre électronique par rapport au livre papier , qui lui demande une logistique (notamment de stockage) beaucoup plus onéreuse

Bijoux Pandora HBG ne voyant pas les choses comme cela, met en vente ses livres entre $15 et $20 ce qui aux Etats-Unis est deux à trois fois plus cher que le prix d'un ebook. Il n'y a qu'a surfer sur Amazon.com pour s'en convaincre.

Pandora Charms Pourquoi une telle riposte de la part d'Amazon?

Récemment HBR a réussi a convaincre à sa cause des auteurs célèbres qui se sont payés une page de publicité dans le New York Times pour dénoncer le "blocage" des ventes (plus pré-commandes et de mises en avant) d'Hachette sur Amazon.  Dans le même temps HBR est aussi accusé par Amazon de convaincre les autres éditeurs de monter leur prix, ce qui au pays de l'offre et de la demande, ne passe pas et se nomme "collusion", les liens secrets des cartels.

Tout cela n'est pas sans rappeler les batailles autour de la musique numérique où Apple a pris 95% de parts de marchés et imposé sa vision du prix d'une chanson a $0,99 et d'un album à $9,99. Pendant ce temps les majors se battaient sur les droits et ont vu un peu tard l'importance stratégique de la plateforme (iTunes, Spotify, Pandora...).

GreenSI qui survole le champ de bataille sans prendre position sur la situation aux Etats-Unis, a cependant déjà couvert avec plusieurs billets  le retard de la France pour les ventes de livres numériques ( le village gaulois ),et l'opportunité manquée par l'Education Nationale (prescripteur des ouvrages des élèves) de ne pas avoir généralisé la diffusion de la connaissance au format numérique.   Ce qui aurait été une première étape de franchie avant l'arrivée des MOOC ( un tsunami numérique va déferler sur l'Education ) qui vont permettent de repenser l'éducation à l'ère du numérique. Et moins sérieusement, réduire le poids du cartable, rempli de livres papier, qui chaque année fait l'objet d'un reportage au 20h ;-)

Amazon mène la charge en brandissant l'étendard de la diffusion de la culture pour tous : "Juste avant la Seconde Guerre mondiale, il y avait une invention radicale qui a ébranlé les fondements de l'édition de livres. C'était le livre de poche . Ce fut un temps où des billets de cinéma coûtaient 10 ou 20 cents, et les livres coûtaient 2,50 $. Le nouveau livre de poche coûtait 25 cents - il était dix fois moins cher. Les lecteurs ont aimé le livre de poche et des millions d'exemplaires ont été vendus en seulement la première année."

La comparaison est forte. Car depuis le livre de poche a été adopté par tous les éditeurs et permet dans l'Education d'acheter des ouvrages "classiques" pour quelques euros... même si souvent les droits d'auteurs de Messieurs Molière et Rabelais ont expirés depuis longtemps. Cela permet de valider l'ordre de grandeur des coûts de fabrication et de distribution des ouvrages à bas coûts. Et puis la place de cinéma est aujourd'hui autour de 7€-10€, l'étalon fonctionne encore pour indiquer le prix maximum d'un ebook, dans un monde de convergence des images, des vidéos et du texte.

NB :l'intégralité de la lettre de mobilisation (en anglais) est consultable sur le site dédié : www.readersunited.com

Mais ne soyons pas naïfs. Amazon a une position dominante sur la vente de livres, et sa liseuse est adoptée massivement par le public américain. La défense de la diffusion de la lecture va clairement l'avantager. Mais n'est ce pas un peu par manque de vision stratégique des éditeurs?

Car la concurrence à Amazon s'organise en dehors des éditeurs. L'annonce de l'arrêt de la liseuse de Sony cette semaine n'est pas sans lien avec cette influence croissante d'Amazon qui laisse peu de place a des plateformes alternatives. Mais les comptes et les contenus des lecteurs de Sony seront transférés à un autre acteur qui monte au pays du soleil levant: Kobo, propriété du japonais Rakuten (et aussi de Price Minister racheté en 2010). A la dernière Japan expo à Paris, Rakuten était le seul distributeur présent dans ce monde de Geek et y démontrait les achats en ligne depuis sa tablette. Rakuten a su définir et articuler une stratégie numérique dans l'ecommerce.

Et la France? Loin de cette bataille, la France n'est pas concernée! Puisque nos députés ont voté, pour nous protéger, une loi en 2011 pour fixer le prix du livre numérique au même niveau que le livre papier. Vous y croyez?

Comme si le numérique était simplement l'image du papier dans le miroir de la transformation numérique et que l'internet avait une territorialité. L'actualité du conflit Amazon-Hachette, risque d'être plein d'enseignement pour la suite.

Au fait Monsieur Coué était français, non ?

Sujet: Amazon Ebooks

A propos de Frédéric Charles

Passionné de technologies, Frédéric Charles est responsable de la stratégie et de la gouvernance du SI dans un grand groupe. Il analyse la transformation des systèmes d'information qui préfigure l'entreprise et la ville numérique de demain.